• Le Tournage / Post-Prod

    Nous avons passé l'été 2000 à tourner "RESIDENT DEBILE".

    Le tournage s'est étalé sur 28 demi-journées dont une dernière en janvier 2001 - c'était la scène du cimetière.

    Il faut garder à l'esprit que, étant donné que faire de la vidéo n'est le métier d'aucun d'entre nous, nous rassembler pour tourner les séquences est notre plus grande difficulté. Il faut composer avec l'emploi du temps et les obligations de chacun. C'est d'ailleurs un obstacle de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe ; aujourd'hui, chacun est lancé dans une carrière qui l'a souvent mené à s'éloigner de Marseille, où nous nous sommes rencontrés.

    Le camescope utilisé pour tourner le film était un JVC GR-DVL20 (800000 pixels), c'était le deuxième modèle d'entrée de gamme Mini-DV. Je l'ai choisi car il disposait d'une sortie DV (ieee 1394), mais pas l'entrée... La législation française imposait le "bridage" des entrées DV alors que le même camescope en disposait à l'étranger. (Soyons compréhensif, c'est pour lutter contre le piratage... )

    J'ai commencé à monter le film fin novembre 2000 et j'ai terminé le montage début avril 2001. J'ai appris à me servir d' "Adobe Premiere 5.1" sur ce montage!

    Quand on était en plein tournage, je ne savais même pas encore comment fonctionnait le logiciel ni comment j'allais faire les effets spéciaux! Pour tout vous dire, lorsque j'ai ré-écrit le scénario en 1999, je pensais monter le film sur un banc de montage "Casablanca". Heureusement, cela n'a pas été le cas!

    Beaucoup ont été surpris de savoir que j'ai monté le film sur PC et non sur MAC. Il faut juste un peu d'astuce, même si mon PC était une très bonne configuration pour l'époque :

    • Carte Mère ABIT BE-6
    • PENTIUM 3 - 733MHz
    • 640Mo de SD RAM (128Mo au début)
    • Carte Graphique MATROX Millenium G200 16Mo
    • Carte Son SOUNDBLASTER Live 1024
    • Carte d'acquisition PINNACLE DV200
    • Disque Dur 10Go IBM 7200rpm
    • Disque Dur 45Go IBM 7200rpm
    • Disque Dur SCSI UW2 18Go 10000rpm (pour les acquisitions)

    Pour les connaisseurs, s'ils arrivent à se remettre dans le contexte de l'époque, autant dire que c'était du très beau matos. Actuellement, c'est sûr, ça fait pitié...!

    Mais il y a des détails qui n'existent plus à l'époque, et il faut aussi penser que je ne suis pas du tout informaticien/programmeur, j'essaie juste de me démerder avec l'informatique. A l'époque, outre la taille réduite des disques durs (même si 45Go c'était alors monstrueux...) on formatait un disque en FAT32 et une limite de fichier de 2Go était imposée. Et quand on sait qu'une vidéo en format DV natif occupe 1Go toutes les 5 minutes... comment faire pour s'en sortir avec un film que l'on prévoit pour une durée d'environ 60 minutes?? (Et puis, il n'y a pas que ça sur mon PC!! Les jeux, les musiques... et les fichiers de prévisualisations de Premiere!)
    Pour info, il y avait 10 cassettes Mini-DV (60min chacune) de rushes.

    Il a donc fallu capturer les rushes et uniquement les morceaux utiles des rushes. Pas question de laisser défiler la bande et capturer 5 minutes en continu par exemple. La capture a donc été une phase assez longue, où il fallait couper l'acquisition à chaque fois que le plan débordait sur du superflu. C'est aussi la phase qui a le plus fait souffrir le camescope : retour rapide, avance rapide, pause, lecture... et vice-versa... et un passage au SAV de Darty!

    Toutefois, j'ai pu capturer tous les rushes en même temps sur l'ordinateur mais en ayant prélablement finalisé plusieurs séquences. Je m'explique :

    La première scène que j'ai monté a été la fin du film, lorsque les STARS se retrouvent. Une fois que mon montage était bon, et que j'étais sûr de ne plus avoir besoin de plans supplémentaires, j'effaçais tous les rushes inutiles du Projet Premiere. Puis j'allais dans le dossier du disque dur où ils étaient stockés pour les effacer et libérer de la mémoire. Je n'exportais pas la séquence, pour me laisser la possibilité de recouper certains plans au cas où j'y remarquerai des défauts plus tard (trop longs, trop courts...) . Pour moi, un montage est rarement optimisé du premier coup au niveau des cuts et nécessite donc de faire des pauses pour y revenir plus tard. Avec le recul on constate plus clairement les défauts.
    Une fois ces rushes effacés, je pouvais capturer les nouveaux rushes, et ainsi de suite jusqu'à la dernière scène.

    Quand toutes les scènes furent terminées, je les ai toutes importées (sous forme de Projet Premiere) dans un seul Projet et j'ai lancé un rendu final... qui a duré 11H30 (j'ai dormi entre-temps...! ).

    L'exportation finale s'est fait directement sur bande Mini-DV. J'ai dû acheter un débrideur pour le camescope (1000 francs  - merci la législation française de si bien lutter contre le piratage) pour activer l'entrée DV.

    Le film était prêt dans sa première verson.